Vous connaissez Tool. Vous connaissez A Perfect Circle.

Alors laissez ces références de côté, pour découvrir comme il se doit le nouveau projet du chanteur de ces deux groupes, j'ai nommé le définitivement barré Maynard James Keenan. Cet extra-terrestre, surdoué du chant, nous invite ici vers des contrées très différentes de l'illumination chamanique toolienne et du plus accessible cercle parfait. Puscifer, mélange de Pussy et de Lucifer ? Oui, mesdames, messieurs. Oui. Maynard ouvre son âme chaotique et nous la livre comme Faust jadis la servait à Méphistophélès.

Le titre de l'album, V for Vagina annonce la couleur, ou la chaleur de cet opus entre transe dévote et luxure. MJK ne pousse pas sa voix, il n'a plus rien à prouver sur la puissance et la beauté de celle-ci. Il parle, il cadence, doucement, sexuellement, en taquinant, en souriant. Il balance sa sauce chaude, faite de sarcasmes, de satires, de fantasmes et d'humour noir. Plus électro que ce qu'on aurait pu imaginer de lui, on sent un fond de Tricky (qui est un proche de Tool), en plus racoleur et plus espiègle. Mais ça n'a rien de très étonnant quand on sait que Alan Moulder, Danny Lohner (ex Nine Inch Nails) et Lustmord ont travaillé avec ce fou furieux qui serait bien foutu de transformer la camisole de force en sex toy. Les rondeurs de la déesse cornues qui représente Puscifer portent en elles l'essence de cet album : chaloupé, rouge en Diable, badigeonné de souffre. On découvre plus en profondeur ce qui se cache dans la boite crânienne de ce Joker protéiforme.


Ne coupez pas aux bonus qui entourent cet opus. Le titre Cuntry Boner, qui n'est autre qu'un pamphlet dirigé vers les icônes Country américaine : MJK fucks Dolly Parton, Willy Nelson et Elvis Presley avec un détachement et une arrogance magnifique, un grand sourire sur le visage et un Stetson vissé sur la tête. Jetez un oeil aussi sur le clip du titre Queen B, où l'esprit de Maynard est synthétisé en un jeu d'échec à grandeur d'homme et où il est démultiplié en chaque pion... Un fou, je vous dis.

En bref, Puscifer est un projet qui nous vient d'ailleurs, mais qui fait énormément de bien. Keenan est comme à son habitude, décontracté, unique et énervant de qualités artistiques. Jetez vous sans hésiter sur ce bijou.